Témoignage: Alexis Pantaleo (Centrale Paris)

Témoignage: Alexis Pantaleo (Centrale Lyon)

Alexis Pantaleo (Promo 2016-2018 -- Centrale Lyon)


Qu'est-ce qui en Terminale STI2D (SIN) vous a fait choisir la TSI ?

Depuis que je suis au collège, j'ai toujours eu l'envie de devenir ingénieur. En effet, étant petit, je rêvais de devenir pilote de chasse mais lorsque j'ai appris que je ne le pourrais jamais, je voulais exercer un métier qui me rapproche de mon rêve, et ingénieur en aéronautique était alors pour moi une évidence. De plus je savais que j'avais besoin de comprendre les phénomènes physiques ou les sciences en général "avec les mains". C'est pourquoi je me suis naturellement orienté en STI2D où l'accent était mis sur les technologies et la compréhension avec des applications concrètes. À la fin de la terminale, j'avais de nombreux choix entre intégrer une école avec prépa intégrée (comme l'INSA, l'ESTACA, le bachelor de l'ENSAM,...) ou alors aller en prépa TSI. Comme j'avais le rêve d'intégrer l'ISAE Supaéro en Terminale et que je me réalisais dans l'application directe de phénomènes concrets, mes professeurs m'ont conseillé d'intégrer une prépa TSI, puisque je continuerais ainsi ma progression grâce à un programme scolaire qui est la poursuite et l'approfondissement de ce qui a été vu en STI2D. En effet, je n'étais pas spécialement à l'aise avec l'idée de me retrouver avec des élèves venant de Terminale S et qui seraient en supériorité numérique et en avance sur certains domaines, alors que la prépa TSI me permettait, à mon rythme, avec des élèves ayant le même parcours que moi et avec un programme adapté, de me retrouver à un niveau équivalent aux autres filières au bout de 2 ans, puisque nous pouvons intégrer les mêmes écoles que les autres prépa ! Je suis donc allé plusieurs fois aux forums de prépa TSI et notamment à celui de Jules Ferry. La décision s'est faite quand les professeurs m'ont montré que chaque élève avait son importance et que l'effectif limité de la TSI de Jules Ferry permettait un accompagnement personnalisé, qui nous met dans les meilleures conditions pour intégrer la meilleure école possible. Et, disons-le, un accompagnement comme celui que l'on a en TSI est unique parmi les études supérieures proposées en France et permet de se révéler; en tout cas ça a été le cas pour moi !


Comment avez-vous vécu la CPGE TSI en tant qu’étudiant?

Avec du recul, la TSI représente actuellement pour moi la meilleure partie de ma vie tant personnelle qu'étudiante. En arrivant en TSI, j'étais assez anxieux… En effet, étant stressé de nature, j'avais peur de ne pas pouvoir surmonter mon stress. Cependant, j'avais un objectif et je voulais me mettre dans les meilleures conditions pour le réaliser. Au début, je ne comprenais pas trop ce qui était attendu de nous et je voulais toujours tout faire, que ce soit en DS ou en DM, et l'équipe pédagogique m'a vite fait comprendre, tant bien que mal, que ce n'était pas possible ! Au fil du temps, j'ai trouvé mes marques, mes méthodes, je me suis fait des amis et notamment des amis avec lesquels il était possible de travailler et de s'entraider, notamment le dimanche si l'on a des points d'incompréhension sur un DM ou un TD. En effet, contrairement à l'image que l'on peut se faire de l'ambiance de compétition de la prépa, j'ai trouvé l'ambiance en TSI "bon enfant", le voyage au ski, mais aussi l'effectif réduit de la classe, permet à des amitiés de se développer et empêche que de la concurrence négative ne se forme. Bien sûr, une petite concurrence avec des personnes d'un niveau équivalent au sien peut se former, mais l'équipe pédagogique veille à ce que cela reste stimulant pour les élèves afin de les amener à se dépasser.

Enfin, je n'ai pas du tout été déçu par le contenu pédagogique. La prépa TSI est ouverte aux personnes curieuses et pas forcément avec un bagage scientifique de Terminale approfondi. Elle est ouverte aux personnes curieuses et motivées d'apprendre. En effet, le programme reprend des éléments de terminale pour les approfondir et les dépasser en première année, et aller encore plus loin en deuxième année, pour atteindre un niveau équivalent aux autres filières (ce qui est attendu en 1ère année d'École). La compréhension des éléments enseignés se fait de la même manière qu'en STI2D. Certes, de nombreux éléments théoriques sont introduits, mais de nombreux TP, notamment en physique et en SII, permettent d'appréhender de manière concrète ces phénomènes. C'est un vrai plus de la TSI, puisque le concret est très apprécié et valorisé une fois en École !


Avec le recul, comment percevez-vous votre parcours par la TSI?

Avec du recul, je dirais que mon parcours en TSI était semé d'embuches mais que ma motivation, l'aide et l'écoute de l'équipe pédagogique et de ma famille, ainsi que les amitiés qui ont pu se former durant ces deux ans, m'ont permis d'atteindre mon objectif. Ce que je retiens de la TSI, c'est surtout que je me sentais « utile ». En effet, je savais plus ou moins apprendre mon cours et être à l'écoute des critiques et des remarques mais aussi des encouragements de l'équipe pédagogique. Et même si l'envie de baisser les bras s'est parfois fait sentir, la proximité de l'équipe pédagogique et leur disponibilité m'a permis de ne jamais abandonner.

Je dis que mon parcours était semé d'embuches, car j'avais une très grande ambition, mais aussi une tendance au stress et à ne pas avoir confiance en moi, ce qui peut être un véritable handicap en prépa. Je pense que la clé est de trouver un rythme sain (avec un minimum d'un après-midi, genre le samedi après le DS, pour décompresser, faire du sport, voir ses amis, dormir) et une organisation à laquelle on se tient assez vite, et surtout à ne pas hésiter à solliciter l'équipe pédagogique et à écouter leurs conseils. En effet, même si je n'étais pas le plus mal classé en TSI, je ne pensais pas du tout pouvoir atteindre Supaéro (2 places pour les TSI) à la fin de ma 2ème année ! Mais j'ai continué à travailler et à donner le meilleur de moi-même. J'ai continué à travailler mes points faibles sans pour autant délaisser mes points forts pour capitaliser dessus aux concours. J'ai suivi les conseils de mes professeurs et, étant boursier, je me suis inscrit à des concours avant les concours qui m'intéressaient, afin de pouvoir m'entraîner à la gestion du stress. Finalement, j'ai réussi à la vue de mes classements à obtenir l'ISAE Supaéro, mais ayant mûri et n'étant plus sûr et certain de vouloir travailler toute ma vie en aéronautique, j'ai choisi d'intégrer l'École Centrale de Lyon, qui est l'École Centrale de référence pour la spécialisation en aéronautique et qui propose un accompagnement pour les TSI, notamment en mathématiques.

Pour résumer je dirais que mon parcours en TSI est un parcours qui a réalisé mon rêve, puisque, même si c'est à force d'acharnement et de travail régulier que je suis arrivé là où je suis aujourd'hui, je ne m'attendais pas du tout à la réussite que la TSI m'a permis de découvrir et à me retrouver aujourd'hui parmi des élèves qui peuvent m'apporter beaucoup et auxquels je peux apporter beaucoup aussi. Mais surtout, cela m’a véritablement permis d'avoir un avenir professionnel avec de nombreux choix de carrière.


Parcours d'Alexis

  • 2015/2016: Terminale STI2D au lycée Jansoin de Sailly à Paris
    Moyennes: Maths: 18,5/20, Physique: 16/20, Philo: 17,5/20
  • 2016/2018: TSI1&2 au lycée Jules Ferry de Versailles
  • 2018: Intègre Centrale Lyon

Last modified: Tuesday, 24 December 2019, 10:25 AM